JoeyEs-tu davantage bière ou vin ?

J'aime vraiment le vin rouge, en particulier les crus français.



Quelle a été l'inspiration initiale de BAG OF BONES ? Pour la chanson “Dog House”, pour le choix de Kevin Shirley comme producteur, pour certaines paroles ?
“Doghouse” fut la première chanson que nous avons composée pour l'album et nous l'avons jouée en live sur la tournée Last Look At Eden. Et nous avons ressenti qu'elle avait un feeling génial. C'était davantage du rock'n'roll sans fioritures, avec un son un peu bluesy. C'était une approche géniale et tout le monde dans le groupe s'est dit : voici quelque chose que nous souhaiterions explorer dans le prochain album ”. C'était le point de départ. J'ai alors commencé écrire un peu de matériel seul Londres, comme “Not Supposed To Sing The Blues”, “Bag Of Bones”, et j'ai commencé travailler sur “Riches To Rags”. Et c'était le début, vraiment. Puis j'ai obtenu de Mic un riff vraiment génial pour “Firebox”. J'ai reçu du matériel génial de la part de John Levén, comme le riff de “My Woman My Friends”. Levén et Norum ont travaillé sur ce riff. Et Norum m'a envoyé “Mercy You Mercy Me”. Donc j'ai un peu travaillé sur ces pistes, puis nous nous sommes rejoints Stockholm dans notre salle de répétitions. Nous avons testé toutes nos idées et cela a commencé sonner vraiment bien. Et nous savions que quelque chose de spécial se produisait, de plus en plus profond, une expression nouvelle, tu vois ?

Donc, dès le départ, vous saviez où vous vouliez en venir avec cet album ?
Oui, et c'est un truc marrant, nous avons tous commencé écouter davantage de groupes typés Seventies, comme le répertoire de Blue Sons et de Joe Banomassa et Il y a un groupe génial de Gthenborg nommé Graveyard que j'aime aussi. Il y a une expression chez eux modelée par les seventies qui est cool, et qui commence émerger en ce moment, et nous avons été chanceux de la ressentir. Nous l'avions déj ressentie il y a quelques années de ça.

Comment s'est déroulé le processus d'écriture ? Avez-vous échangé des fichiers par e-mail comme vous l'aviez fait auparavant, ou avez-vous écrit les chansons ensemble dans votre local de répétitions ?
Nous avons fait un peu des deux. J'ai bossé un petit peu sur les paroles Londres, ainsi que sur certaines idées de chansons. Et puis Mic et John Levén m'ont envoyé quelques riffs, mais nous avons davantage travaillé au local de répétitions cette fois, Stockholm. Donc tout le monde s'est davantage investi dans les arrangements, cette fois. C'est vraiment une histoire de famille, tu sais. Chacun a été d'une aide précieuse, et nous nous sommes vraiment éclatés enregistrer ce disque.

Chacun d'entre vous a-t-il écrit au moins un morceau sur l'album cette fois-ci ?
Presque. La seule personne qui n'aie pas encore vraiment écrit de morceau est Ian, mais au lieu de cela, il a eu d'excellentes idées d'arrangements, et il apporte d'excellentes idées de chansons en général. Il apporte donc énormément au groupe. Je vais voir si je peux écrire un peu de matériel avec lui également.

Suisse, 17 mai 2012Lorsque tu insistes sur le pas encore ”, cela veut-il dire que tu le pousses soumettre davantage d'idées ?
Ouais, évidemment ! Ce serait super. Mais j'aime travailler avec lui, tu sais, j'aime être dans la même pièce que lui, derrière ses fts, et moi la guitare, et voir si nous parvenons trouver une expression tous les deux. Ian a de telles idées d'arrangements. Nous verrons bien ce que le futur nous réserve

Es-tu davantage caleçons ou boxers ?
Je suis définitevement plus boxers !

Quel a été l'apport de Kevin Shirley l'album ?
Ce fut génial de le trouver, vraiment. Nous avions entendu parler de son travail. Nous savions qu'il avait abattu un boulot excellent avec les Black Crowes, Aerosmith, Black Stone Cherry et beaucoup d'autres. Nous le connaissions, mais lorsque nous avons entendu des chansons comme “The Ballad For John Henry” de Joe Bonamassa, nous nous sommes demandé : Mais qui a produit ça ?! ça sonne du tonnerre ! ” C'était tout fait le son sur lequel nous travaillions ce moment l, tu sais. Nous avons découvert que c'était l'uvre de Kevin Shirley. Donc nous l'avons appelé et il s'est montré très intéressé. Il a dit : vous êtes un groupe très sous-estimé, et j'aimerais travailler avec vous ! ”. Et l'affaire était faite, c'était dans la poche. Ensuite nous l'avons invité venir Stockholm et nous avons trouvé un studio qui nous plaisait vraiment. Nous l'avons invité nous rejoindre et bosser avec nous pendant un mois.

Est-ce que Stockholm est le seul endroit où vous puissiez finir d'enregistrer un album ?
Chacun de nos quatre albums du retour, nous les avons plus ou moins produits Stockholm. C'est plus facile pour nous car quatre des gars vivent l-bas présent. Je vis Londres, mais c'est plus pratique d'enregistrer Stockholm. De plus, nous avons trouvé des studios géniaux l-bas, nous les connaissons si bien que nous nous y sentons comme chez nous. Les studios Atlantis, où nous avons enregistré BAG OF BONES...Je connaissais déj l'endroit car trois ou quatre chansons de A PLACE TO CALL HOME y ont été enregistrées. Et je savais combien l'endroit était excellent, je savais combien la console était géniale, combien le son y était superbe. Donc c'était un bon choix. Le groupe Opeth avait juste terminé son enregistrement avant nous et ils l'ont adoré aussi. Et The Hives y sont entrés juste après nous, dans ce même studio. C'est vraiment un bon studio. Ils ont du vieux matos, du vieux matériel des années 60 et 70. Cela réchauffe le son et le rend génial écouter.

Donc vous avez choisi cet endroit précis pour la vibration d'époque que vous recherchiez ?
Ouais, absolument ! Mais nous avons aussi appris au cours des années que, de nos jours, on enregistre en digital et on doit réchauffer le son avant de passer en digital. C'est l'erreur que beaucoup de groupes commettent. Ils enregistrent sur console digitale, puis produisent dans des studios modernes, et le tout sonne froid. Ce qu'il faut faire, c'est marche arrière, et dénicher de vieux cables, de vieilles consoles de mix, de vieux compresseurs, et réchauffer ton son au maximum avant d'enregistrer en digital, ce qui veut dire que tu finiras avec un disque qui sonnera bien. C'est pourquoi nous avons tenu travailler de cette manière en studio.

A l'écoute de BAG OF BONES, plusieurs adjectifs viennent l'esprit. Peux-tu me dire si tu es d'accord avec ces adjectifs ? Premièrement, je dirais du pur rock'n'roll, sans connerie ”
Oui, le son de cet album est plus direct, c'est davantage une expression Rock-Blues, vraiment. Je crois [] Et aussi, tu en arrives un point où tu parviens t'exprimer automatiquement avec davantage de profondeur, ce qui donne plus de sens tes paroles. Tu ajoutes un supplément d'âme tes paroles, quand tu t'exprimes de cette manière. Nous n'avons pas fait beaucoup d'overdubs, nous n'avons pas effectué beaucoup de corrections en studio. Nous avons travaillé avec beaucoup de spontanéité, nous n'avons fait que quatre ou cinq prises par chanson. L'idée qui sous-tend la façon de travailler de Kevin Shirley est que tu travailles sur chaque chanson et tu termines chaque chanson, ce qui veut dire que chaque titre bénéficie d'un traitement royal. Chaque chanson sur laquelle tu travailles, tu l'achèves, puis tu passes la suivante. Et la beauté de la chose aussi c'est que tous les membres du groupe sont l jusqu'au bout et proposent leurs idées. Cela sonne vraiment comme un travail d'équipe, tout le monde est toujours l. Donc oui, Kevin a vraiment créé une atmosphère sympa pour nous.

Comment s'est déroulé le processus d'enregistrement ? Enregistriez-vous tous ensemble, ou chaque membre du groupe a-t-il enregistré ses parties l'un après l'autre ?
Nous nous tenions tous ensemble dans une grande pièce avec des écouteurs et avons joué quatre ou cinq prises des chansons en live, puis nous avons choisi une ou deux prises, nos préférées, et avons travaillé dessus et terminé les titres. Donc nous n'avons pas beaucoup fait d'overdubs. Il y a un feeling très spontané et live sur cet album. Il est très honnête.

Es-tu davantage Suède ou Angleterre ?
Impossible de répondre ça. Je suis vraiment partagé.

Ta voix sonne un peu différemment sur cet album. Y-at-il eu un quelconque changement dans ta façon de chanter ?
Je revenais tout juste de la tournée Last Look At The Eden et j'ai remarqué que ma voix a un petit peu changé. Elle est plus crue et un peu plus voilée. Notre équipe de tournée m'a dit que ma voix avait un peu changé ces dernières années et qu'ils aiment son évolution, tout comme le groupe. Elle est un peu plus profonde, plus graveleuse. J'ai juste interprété les chansons d'un seul jet en studio. Je n'y ai pas beaucoup réfléchi. C'était plus ou moins en une seule prise la plupart du temps, tu sais.

Les vocaux sont-ils mis en avant dans le mix ?
Je l'ignore, je n'y pense pas énormément. Je m'occupe simplement du mixage comme un ensemble et ça sonne de la façon la plus proche de ce que nous aimons. Kevin mixait Los Angeles, nous envoyait chaque mixe et nous nous entretenions par e-mail en répondant ça sonne génial, fantastique ! ”. Donc ouais, nous sommes vraiment très heureux de son travail.

As-tu fait quelque chose en particulier pour obtenir cette voix sur l'enregistrement de BAG OF BONES ? As-tu chanté non-stop pendant 20 heures, as-tu bu du whisky ?
Non, nous nous contentions de beaucoup répéter et de tester nos morceaux. Et comme je l'ai dit plus tt, ma voix a changé durant ces dernières années, notamment durant la tournée Last Look At Eden. L'équipe aime son évolution et le groupe aussi. Elle sonne comme ça désormais, désolé, c'est donc le nouveau son de Joey et je ne peux pas le changer car il est comme ça.

Ce n'est pas un reproche, j'aime moi aussi cette évolution de ta tessiture...
Moi aussi, je l'aime bien. Elle a un peu changé, mais ce n'est pas un problème, ça me plat.

Comment as-tu obtenu cet effet spécial sur ta voix sur “A Drink And A Smile” ?
J'ai enregistré au milieu de la nuit, trois ou quatre heures du matin, dans mon propre studio, et je me suis amusé avec la chanson au beau milieu de la nuit, et c'était juste un feeling très détendu. C'étaient les dernières pistes de voix que j'ai faites pour BAG OF BONES, et je voulais m'amuser un peu avec, tu sais. Et c'est aussi une nouvelle expression. C'est ce que j'apprécie avec cet album. Nous trouvons une expression plus profonde et plus intéressante, je pense.

Y a-t-il une sorte de filtre sur la voix ?
Je crois que Kevin l'a passée par un vieux Leslie, tu sais.

Une autre impression dominante suscitée par cet album, c'est qu'on décèle une dimension épique dans les chansons, quelque chose qu'on avait pas entendu depuis l'époque de THE FINAL COUNTDOWN. Est-ce un élément que vous recherchiez, une intention délibérée ?
Tu as peut-être raison, je n'y ai pas réfléchi. Je pense que BAG OF BONES est un merveilleux album de Rock. C'est mon album favori de EUROPE jusqu'ici. Il a une expression très honnête, il est en quelque sorte majestueux, il est puissant ! Mais il est aussi très chaud et il sonne bien l'écoute parce que nous nous sentions vachement bien et l'avons enregistré live, testant des choses ensemble. Il ne sonne pas parfaitement, il n'est pas parfaitement élaboré, mais il possède cette bonne vibration et ce bon feeling.

J'ai employé le terme épique ” propos de BAG OF BONES cause des refrains, par exemple, qui sonnent comme des hymnes, peut-être davantage que sur les deux ou trois albums précédents.
Ouiiii ! Mais nous aimons les gros refrains, tu sais. Ils sont toujours l ! Je ne sais pas si ils sont plus gros sur BAG OF BONES. Je crois que LAST LOOK AT EDEN était un album plutt majestueux, lui aussi. Ce nouvel album est peut-être plus puissant et plus roots, tu sais.

Ne crois-tu pas que ces nouvelles chansons seront plus ardues cette fois, du fait que ton travail vocal a été apparamment plus exigeant sur cet album ?
Peut-être, je n'y ai pas réfléchi. J'ai juste chanté ces chansons, tu sais. Nous devons attendre et juger sur pièces. Jusqu'ici, j'ai eu de la chance avec ma voix, elle tient le coup et je n'en prends pas plus soin que cela. Je sors et je chante, c'est tout !

Prévois-tu de chanter toutes ces nouvelles chansons sur la prochaine tournée ?
Nous allons probablement tester toutes les chansons, je pense. En été, nous jouerons trois ou quatre titres. Comme en Pologne, où nous avons joué quatre titres : “Riches To Rags”, “Not Supposed To Sing The Blues”, “Firebox” et “Demon Head”. Et quand nous en serons la tournée Bag Of Bones l'automne la tournée mondiale et la tournée plus intimiste je pense que nous interpréterons cinq, six ou sept chansons, huit peut-être. Cela dépend. Nous aimerions mettre sur pied un concert intéressant, peut-être avec un interlude acoustique en plein milieu, pour le rendre intéressant et en faire aussi un très bon spectacle. Donc nous mélangerons quelques tubes et les nouveaux titres. C'est très excitant pour nous car nous avons un large répertoire dans lequel piocher présent.

Et vous avez la chanson parfaite pour un break acoustique avec “Drink And A Smile”
Exactement ! Et la meilleure chose avec une ballade c'est la chanson qui suit, car alors tu relances le show et tu retrouves toute son intensité. C'est fantastique !

Combien de dates allez-vous faire en France ?
Il semblerait qu'on fasse trois concerts en France. Ce sera Paris, Strasbourg et Lyon.

Es-tu plus voiture ou moto ?
Ces temps-ci, voiture ! J'avais une bécane, une bécane de cross avec laquelle je roulais Londres. J'étais cinglé ! Mais ces temps-ci, voiture seulement...

L'artwork de l'album est vraiment sympa et cool. Quelle en a été l'inspiration, et qui l'a réalisé ?
Bag Of Bones Pour BAG OF BONES, nous voulions un visuel plus riche en détails. De nos jours, on peut se servir d'Internet et tout foirer. Tu peux dénicher les détails, tu sais. Aussi, comme nous trouvons que l'album a une belle profondeur, textuellement et musicalement, nous voulions avoir une pochette plus intéressante. Donc, je crois que c'était Mic Michaeli qui m'a fait écouter ce groupe nommé Graveyard. L'album s'intitulait Hisingen Blues. Et sa pochette était fantastique !



Je l'ai regardée et je me Graveyard suis dit : nous devons appeler ce mec, c'est génial, on adore cette pochette ! ”. Nous lui avons fourni le titre, “Bag Of Bones”, nous lui avons fait écouter quatre ou cinq démos puis il nous a envoyé quelques suggestions. Il y en avait quelques-unes que nous n'avons pas retenues, mais après quelque temps, il nous a proposé ce bureau du destin ” et ce personnage, endormi ou mort, qui a connu l'enfer ou quoi que ce soit d'autre qu'il ait traversé, affalé sur son bureau. L'artiste a commencé travailler sur cette idée et il a fait un boulot fantastique, car il a apporté cette foule de détails, toutes ces petites choses. Il l'a construit dans son studio et l'a photographié avec un véritable appareil. Jour après jour, il a photographié tous les détails puis il a retravaillé ses documents sur ordinateur ensuite. C'est un type très talentueux.


Il y a énormément de Détails dans cette pochette. Certains d'entre eux furent inclus notre demande, certains autres ont été apportés par l'artiste. Il y a un grand dessin dans le coin de droite où l'artiste Ulf Lundén, je crois que c'est l'un des tout premiers dessins qu'il a fait enfant. Il a placé cette image en haut, dans le coin droite. Il y a aussi de petits détails qu'il a placés que tu peux découvrir au fil des années.



On peut lire les titres de chansons dans les recoins de cette pochette, mais peut-on y trouver d'autres références aux membres du groupe ou l'histoire du groupe cachées quelque part ?
Oui, il y a de petites références liées d'une façon ou d'une autre nos disques et nous. Il y en a quelques-unes.

Qui est ce sac d'os ” (Bag Of Bones) qui donne son nom l'album ?
J'écrivais les paroles de “Bag Of Bones” Londres et j'étais complétement épuisé après la tournée Last Look At Eden. Et la première idée qui me soit venue l'esprit était je me sens comme un sac d'os ”. Voil d'où c'est parti. L'idée me restait en tête, je ne sais pas d'où elle m'est venue. J'ai bâti une chanson autour d'elle, et quand les émeutes de Londres ont éclaté, j'ai ajouté dans le refrain City lives in ruins Cette chanson est devenue une espèce de voyage épique, qui grossissait, grossissait Je crois que c'est Ian Haughland qui a suggéré en studio peut-être devrions-nous appeler l'album BAG OF BONES ”. C'était son idée je crois, et tout le monde a été d'accord : ouais, c'est génial ”. Cela s'est vraiment passé aussi naturellement que ça.

Passons maintenant les chansons en revue une une, si ça ne te dérange pas, et donne-nous s'il te plat quelques anecdotes et explications leur propos.

“Riches To Rags”
J'aime cette chanson d'attitude. C'est juste Quelques fois, tu dois t'effondrer pour pouvoir repartir de zéro. La chanson parle de complétement ignorer le passé, de le laisser s'écrouler pour pouvoir reconstruire, sans tenir compte de ce chacun raconte. C'était surtout une chanson vas te faire foutre ” depuis le début et je me disais que personne ne l'aimerait, tu sais. Mais elle s'est révélée très cool au final. C'est l'une de mes préférées !

“Not Supposed To Sing The Blues”
Joey & John - Hard Rock Café Paris, 09 mai 2012C'est une chanson géniale ! Les paroles ont beaucoup d'importance pour moi. D'une part, c'est un hommage aux personnes qui ont changé le monde de la musique comme Jimmy Page, Jimi Hendrix, Malcolm et Angus Young, Elvis Presley, les Beatles Tout ça. C'est un hommage nos pairs avec lesquels nous avons vécu, la musique Rock classique avec laquelle nous avons grandi. Et d'autre part, tu sais, nous n'étions pas censés faire un album comme celui-l. EUROPE vient d'une banlieue de Stockholm et nous y sommes revenus. Nous avons créé les conditions de notre retour, et nous avons nouveau du succès. Et nous ne sommes pas censés nous exprimer de cette façon, tu sais c'est un peu dingue, mais on l'a fait et on est très fier ! Beaucoup de gens nos débuts nous disaient vous devez chanter en suédois ! ” Et beaucoup de labels nous ont mis des bâtons dans les roues. Mais nous avons toujours cru en nous-mêmes. C'est aussi un petit message adressé ces gens.

Est-ce une phrase que quelqu'un t'a dite par le passé ?
Non, elle m'est venue quand j'étais Londres dans mon local de répétitions. Je jouais les accords encore et encore, etça m'est juste venu après un moment : mon gars, tu n'es pas censé chanter le Blues !

Es-tu plus Fender ou Gibson ?
Je préfère les Gibson.

“Firebox”
“Firebox” était une grande suprise pour moi. C'est Mic Michaeli qui m'a envoyé le riff. Il l'avait envoyé sur clavier et guitare, et je lui ai juste répondu par e-mail : c'est absolument fantastique ! Je dois écrire une chanson avec ça ! ” Donc j'ai commencé écrire les couplets, les refrains, les accords pour le solo, et j'ai mis tout ça dans l'ordre. Puis je suis revenu Stockholm. Nous étions en répéte, et j'ai montré aux gars ce que j'avais écrit, nous avons commencé le jouer et nous avons tous trouvé ça génial. C'est comme un pétard, tu sais. Une chanson qui se distingue et c'est génial de l'avoir sur le disque. C'est une chanson archi géniale !

Nous avons déj évoqué “Bag Of Bones”. Parlons donc de “Requiem” et de “My Woman My Friend”, deux morceaux imbriqués.
Ils sont imbriqués cause de la tonalité. Ils sont imbriqués parce que Mic a écrit “Requiem” alors que nous étions en train de travailler sur“ My Woman My Friend”. Je crois qu'il l'a écrite entre les prises de “My Woman My Friend”. Tout coup, Mic commence jouer cette composition très triste, mélancolique et sombre. Nous avons tous dit C'est génial ” et j'ai demandé Kevin :
ça tourne, l ?
- Evidemment que ça tourne ! ”
Donc il l'enregistrait. Et alors nous l'avons un peu plus peaufinée et la chanson s'appelait Requiem For The Eighties au départ. Parce que nous avions ce sentiment en studio de créer une expression plus crue, et que nous faisions nos adieux aux années 80, vraiment. C'était une cérémonie. Mais nous ne l'avons pas appelée “Requiem For The Eighties”, simplement “Requiem”. C'est une belle composition.

Et quid de “My Woman My Friend” ?
C'est propos d'une relation, et c'est une chanson assez spirituelle. Elle parle du miracle des relations entre un homme et une femme. C'est vraiment une chanson de profonde reconnaissance sur le sujet, qui évoque également la difficulté puis la splendeur des relations. “My Woman My Friend” était originellement un riff de John Levén. Il l'a bâti partir d'une vieille idée moi. Il y a seulement deux chansons basées sur de vieilles idées : “My Woman My Friend” et “Bring It All Home”. “Bring It All Home” est un buf l'origine. C'est parti d'un buf, tout comme “New Love In Town”, en 1992, San Francisco, un buf entre moi et Mic.

“Demonhead”
Cela a commencé partir d'un riff que m'a envoyé John Levén. J'ai commencé écrire les couplets, les refrains, et les paroles. Puis nous nous sommes vus Stockholm et nous l'avons testée ; John Norum a un petit peu modifié le riff pour le faire fonctionner encore mieux. Puis nous l'avons testée avec le groupe au complet et c'est l'une de mes préférées, c'est une chanson bien cool et j'aime beaucoup la jouer !

“Drink And A Smile“.Ça sonne comme si Led Zeppelin s'était invité dans le studio
Oui, c'était une chanson de dernière minute. Je voulais avoir une chanson supplémentaire sur l'album. J'ai appelé les autres et je leur ai dit allez, on en fait une autre ! Ce serait génial de faire un swing acoustique, un swing des années 70, une chanson la Led Zeppelin. ” Et ils m'ont répondu : T'as pété un câble ? On n'a plus le temps ! Kevin Shirley est déj en train de mixer ! ”
Alors j'ai rétorqué :
Allez, on peut le faire !!! ” (J'ai parfois des idées un peu dingues)
Puis ils ont commencé travailler dessus. Et j'aimais vraiment ça, nous cinq en train de jouer dessus. Mic jouait de la mandoline et Ian de ces percussions intéressantes Et ça s'est révélé une bonne chanson. C'était la dernière chanson pour laquelle nous ayions écrit des paroles et que nous ayions terminée. Et c'est une chanson qui procure un sentiment d'élévation spirituelle Le processus d'enregistrement de l'album avait commencé de manière sombre et mélancolique. Nous étions épuisés par la tournée Last Look At Eden, nous nous sentions comme des sacs d'os ”, mais l'enregistrement se termine sur une note plus légère, plus lumineuse avec “Drink And A Smile”. C'était un sacré voyage, tu sais, toute cette entreprise.

“Doghouse”, une chanson de pur Rock'N'Roll
Oui, du Rock'N'Roll constant. Elle a été plus ou moins écrite sur la route et nous l'avons jouée sur la tournée Last Look At Eden. C'était le point de départ de BAG OF BONES, cette chanson.

“Mercy You Mercy Me”
C'était un riff de John Norum. Nous étions Stockholm en train de répéter pour l'album et j'ai demandé John Norum : Tu as quelque chose me jouer ?
- Oui, j'ai ce riff. ” Et il a commencé me le jouer.
J'ai dit :
Oui, je crois que je peux en faire quelque chose. ” Les mecs sont revenus dans le local et nous avons immédiatement commencé nous disperser sur cette idée. Puis je suis rentré Londres pour travailler un peu sur les arrangements et les paroles. Et nous l'avons achevée. Kevin l'a chamboulée Ou pas du tout. Il a dit : peut-être que nous aurions besoin d'une autre partie, l ”. Puis il est sorti faire un tour. Nous avons en quelque sorte réparé ” le refrain de cette chanson, puis Kevin est revenu, a écouté ce que nous avions fait, et a dit : oh ouais, c'est génial, allez, on enregistre ! ”. Kevin a été excellent tout au long des sessions. Des chansons comme “Firebox” ou “Not Supposed To Sing The Blues” recèlent des breaks intéressants sur lesquels nous pouvons improviser ; nous pouvons allonger ces breaks et y incorporer certaines de nos trouvailles... Ces breaks sont l'idée de Kevin. Il pensait qu'il fallait laisser respirer les chansons. Allongez cette petite partie de “Firebox” ! ” C'est comme ça que Mic a essayé le son de sitar, comme ça que nous avons essayé quelques notes discordantes et ainsi de suite. Tout cela nous a été suggéré par Kevin et il a fait d'excellentes propositions pour les chansons et les arrangements également.

EUROPEDis m'en davantage propos de Mic et du sitar
C'est un échantillon. C'est un vrai sitar mais il a été samplé. Mic a toute sorte de samples de sons géniaux. Donc il a improvisé quelque chose. Nous n'avions pas le temps d'aller trouver un vrai sitar ! Nous avons enregistré tous les cinq en un ou deux jours et c'était fini. Donc il a juste improvisé et placé ce son, et c'est vraiment cool.

Quand tu fais l'amour, préfères-tu être au-dessus ou en-dessous ?
Ah, c'est un secret !

“Bring It All Home”
Cette chanson a été inspirée par le film “The Last Waltz”. Martin Scorcese a réalisé ce film sur ce groupe appelé effectivement The Band. Et ils ont fait un ultime concert de reprises*. J'ai beaucoup aimé le film et j'ai pensé : peut-être que je pourrais écrire une chanson qui serait la dernière que l'on jouerait. ” Donc c'est “Bring It All Home” et c'est un remerciement envers le business, le groupe, les fans, tout. Ce sera la dernière chanson que l'on jouera, le moment venu, quel qu'il soit : dans deux ans, dans vingt ans, je n'en sais rien !



* “The Last Waltz” fut tourné par Martin Scorcese l'occasion du dernier concert de The Band (un groupe Folk Rock basé Woodstock, état de New York) au Winterland de San Francisco, le jour de Thanksgiving en 1976, performance mettant fin 16 ans de carrière. Un dner fut servi au public, et de nombreux invités prestigieux rejoignirent le groupe sur scène, parmi lesquels Bob Dylan, Eric Clapton, Ronnie Hawkins, Ringo Starr, Neil Young, Van Morrison, Muddy Waters et beaucoup d'autres. Le film sortit en 1978, accompagné d'un triple album reprenant deux heures de musique sur les quatre que dura le concert. Il est considéré comme l'un des meilleurs films de concert réalisés jusqu'alors.


Interview par Nico
Nico & Mike - EUROPE PARADISE